Flamme


Sur cette plage, il sentit sa petitesse, sa vraie place, sous ce ciel étoilé, devant cet océan  hurlant. Il pensa aux autres, entassés dans leurs boîtes sur mesure de leur mesquinerie, fièrement appelées maisons.

Il pensa à ce petit garçon chétif et innocent qu’il était, et comment il se transforma en cette créature qui ne vivait -écrivait que durant l’éphémère moment de vie d’une cigarette. Et maintenant, si vous m’excusez, ma cigarette vient d’être consumée.

Catégories :Textes littéraires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :